Qui sommes-nous ?

Le Comité est composé de 6 membres, nommé-es pour un mandat de 3 ans :

  • Geneviève Choquette, professeure au cégep Édouard-Montpetit
    Geneviève Choquette est professeure de philosophie au Cégep Édouard-Montpetit et a été chargée de cours à l’UQAM et à l’Université Concordia pendant plusieurs années. Elle est diplômée d’une maîtrise en philosophie de l’UQAM et d’un doctorat en philosophie de l’Université de Paris-1 (Panthéon-Sorbonne). Elle s’est spécialisée en esthétique et en philosophie du langage, mais ses intérêts incluent également la question de la place des femmes en philosophie ainsi que la diversité des corpus d’études. Elle oeuvre au sein du comité équité pour un second mandat en tant que responsable du suivi du sondage provincial réalisé en 2017.
  • Antoine C. Dussault, professeur au cégep Lionel-Groulx et professeur associé au Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie (CIRST)
    Antoine C. Dussault enseigne la philosophie au Collège Lionel-Groulx (Sainte-Thérèse, Qc) et est chercheur au Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie (CIRST) ainsi qu’au Centre de recherche en éthique (CRÉ). Il est aussi membre du Groupe de recherche en éthique animale et environnementale (GRÉEA). Ses recherches portent principalement sur la philosophie de la biologie et de l’écologie, l’éthique de l’environnement et la philosophie de la médecine. Il a fait un doctorat en philosophie à l’Université de Montréal (dir. Christine Tappolet et Frédéric Bouchard) ; et a fait un stage postdoctoral à l’Institut d’histoire et de philosophie des sciences et des techniques (IHPST) de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne (dir. Philippe Huneman) et à l’Institute for the History and Philosophy of Science and Technology (IHPST) de l’University of Toronto (dir. Denis Walsh).
  • Cécile Gagnon, candidate à la maîtrise en philosophie, Université Laval
    Détentrice d’un certificat en science politique et d’un baccalauréat en philosophie, Cécile est présentement à la maîtrise en philosophie à l’Université Laval. Ses principaux intérêts de recherche sont les théories féministes et, plus particulièrement, l’éthique du care, théorie plaçant la vulnérabilité et l’attention aux autres au cœur des réflexions éthiques. Ses travaux sont financés par le Centre de recherche du Canada en sciences humaines (CRSH), le Fonds de recherche du Québec – Société et culture (FRQSC) et le Groupe de recherche interuniversitaire sur la normativité (GRIN). En plus de son implication au Comité équité de la SPQ, Cécile est membre de l’équipe d’organisation du premier Symposium de philosophie féministe de l’Université Laval et du Comité femmes* en philosophie de l’Université Laval.
  • Coline Sénac, candidate à la maîtrise en philosophie à l’Université du Québec à Montréal
    Détentrice d’un baccalauréat en Histoire, Culture et Société, Coline est présentement à la maitrise en philosophie à l’Université du Québec à Montréal. Ses intérêts de recherche se situent à l’intersection entre l’épistémologie des sciences humaines et la philosophie politique. Dans le cadre de son mémoire, elle cherche à repenser le champ théorique du nationalisme, à partir d’autres connexes, notamment celui du transnationalisme, du cosmopolitisme et du postcolonialisme. En parallèle de ses études, Coline s’engage depuis des années dans la promotion de la diversité épistémique, en présentant des communications ayant généralement attrait aux injustices épistémiques (BCUR-Université de Winchester, ACFAS, FODAR, EFCS-IREF, Philopolis), en co-organisant des colloques traitant d’équité sociale et épistémique (Symposium international sur l’islamophonie, Congrès annuel du CIRIC), et en intégrant depuis récemment l’équipe de Fillosophie. Par ailleurs, elle est présentement spécialiste de contenu en philosophie au Cégep de Gaspésie et des Iles-de-la-Madeleine, et tutrice au Cégep du Vieux-Montréal.
  • Alexandra Stankovich, candidate à la maîtrise en éthique, Université du Québec à Rimouski
    Détentrice d’un baccalauréat en psychologie (Université de Montréal), Alexandra est présentement candidate à la maîtrise en éthique de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR). Ses intérêts de recherche sont à la fois l’éthique, la philosophie pratique et la philosophie politique. Dans le cadre de son mémoire, elle cherche à poser un regard critique sur le lien négatif rapidement établi entre marginalité et vulnérabilité. Elle soutient que les revendications alternatives, avancées par certains groupes marginaux, exercent une pression positive sur les normes (et les présupposés normatifs) et conduisent ainsi à une plus grande inclusion. Dans cette optique, la marginalité peut être considérée et étudiée comme une valeur. D’autres engagements ponctuent son parcours, dont la participation au comité de programme de cycle supérieur en éthique (UQAR), la co-organisation d’un colloque étudiant en éthique (UQAR), en plus de sa récente admission au comité d’éthique de la recherche du Centre Intégré de Santé et de Services Sociaux du Bas-St-Laurent (CISSSBSL), en tant que membre substitut.
  • Alexia Leclerc, étudiante en philosophie, Université du Québec à Montréal

Groupes de travail

Coordination générale  : Cécile Gagnon

Organisation de la table-ronde : Coline Sénac et Alexandra Stankovich

Suivi du rapport d’enquête sur l’équité : Geneviève Choquette

Responsable des communications : Alexia Leclerc